Maria Helena Vieira Da Silva / Élégie pour Georges Pompidou Angeboten von Le Coin Des Arts

Maria Helena VIEIRA DA SILVA - Élégie pour Georges Pompidou

Angeboten von Le Coin Des Arts

  • Jahr
    1978
  • Technik
    Lithographie
  • Bildmaße
    0,0 x 0,0 cm / 0.0 x 0.0 in
  • Blattmaße
    43,5 x 33,0 cm / 17.1 x 13.0 in
  • Auflage
    200
  • Preis
    1 600 euros (€)
  • Referenz
    LCD5584
  • Besuch(e)
    386
  • Zustand
Maria Helena VIEIRA DA SILVA - Élégie pour Georges Pompidou

Lithographie, 1978
Signée à la main par l'artiste
Tirage : 200
Éditeur : Editions Regards
Imprimeur : Atelier Bellini
Fait partie du recueil de six élégies de Léopold Sédar Senghor intitulé "Les Élégies majeures"

Lithographie non numérotée tirée d'un des 35 exemplaires de tête d' "Élégie pour Georges Pompidou"

Poète, essayiste et Président du Sénégal (de 1960 à 1980), Léopold Sédar Senghor (1909-2001) a aussi créé de nombreuses institutions pour la défense des arts émanant de ses contemporains africains : théâtre, école d’art ou de danse, festivals. Il collabore avec des grands noms de l’art moderne pour illustrer ses textes, notamment avec Maria Helena Vieira da Silva. Il lui demandera notamment d’illustrer l’Élégie de Philippe Maguilen Senghor, poème funèbre qu’il écrit à son fils décédé.

Dans cette lithographie, Vieira da Silva illustre l’élégie de Senghor à Georges Pompidou dont la première strophe initie une exploration de l’Inde et une ode à l’amitié : « Dans la nuit tamoule, je pense à toi mon plus-que-frère ». L’esthétique du poète et de la série de quatre lithographies de Vieira da Silva puise sa force dans la sacralité des signes et plus précisément celui de la mort.

On retrouve donc des mosaïques reflétant la formation cubiste de Vieira da Silva. Son approche géométrique de l’abstraction mêle constructions verticales et perspectives étirées. La finesse de ses traits accentue l’impression de grandeur architecturale de ses compositions. L’obscurité de l’œuvre est ponctuée de bleu, d’ocre et de violet. Ces quelques touches de couleurs suffisent à sculpter les tons de gris et de noirs, rappelant le grand et sublime Taj Mahal, inégalable face à l’amour que porte le peintre à son ami.

Ainsi, à travers la réflexion sur la mort d’un proche, l’artiste matérialise l’intention du poème c’est-à-dire l’élévation de l’homme par sa rencontre avec le sacré, comme pour lui permettre de rester présent à travers les arts.

LCD5584

Kontaktieren sie Le Coin Des Arts
Achtung! Amorosart ist ein Portal anerkannter Händler. Trotzdem empfehlen wir, die übliche Vorsicht wie bei allen Online-Käufen walten zu lassen.

VERFÜGBARE GRAPHIKEN VON VIEIRA DA SILVA

Copyright Amorosart 2008 - 2023 - CNIL n° : 1301442 - Glossar - F.a.q